jeudi 16 décembre 2010

Lou sans gêne (au cinéma)

Précepte numéro un : ne connaissant pas la timidité, Lou aime faire la conversation avec les gens, connu ou inconnu.
Précepte numéro deux : Lou aime beaucoup écouter des dessins animés. Les bandes sons et les « péripéties » (comme il aime le dire) le font marrer.

Samedi dernier, sa maman l’a emmené au cinéma « voir » le dernier Disney : « Raiponse ».
Attendant le début de la séance, il s’adresse à sa voisine pour s’occuper :
- Bonjour, comment tu t’appelles ?
Pas trop surprise dans un premier temps, elle lui répond gentiment :
- Valérie et je suis avec deux enfants : Raphaël et Maxime.
- Moi c’est Lou. J’aime bien Raphaël.
(NDLA : un prénom qui se termine en « L », pardi !)
Il enchaîne :
- Dis, je te préviens, je vais sûrement rire bien fort pendant le film.
- Ah… C’est un film drôle ? … Super !

Quelques instants plus tard, Lou l’aborde à nouveau et comme à son habitude, il s’adresse à elle sans la regarder :
- Ce sont tes enfants, à côté de toi ?
- Non, ce sont mes neveux.
- Et tes enfants ?
- Je n’en ai pas.
Claire (sa maman) lui fait remarquer qu’il devrait prévenir sa voisine que s’il ne la regarde pas, c’est parce qu’il est aveugle. Entendant le message, elle s’étonne :
- Ça alors, je ne l’avais même pas remarqué. Comme au début il se tournait vers moi, je n’ai pas vu qu’il était aveugle.

La séance se faisant attendre, Lou s’adresse ainsi régulièrement à sa voisine, au gré de ses envies :
- Dis, ça t’arrive parfois de paniquer très fort au point de ne plus te contrôler ?
- Euh... non. Ça... ça... ça m’arrive d’avoir peur, mais en général, je me contrôle bien.

Moralité, voilà une personne qui se rendait au cinéma pour voir “Raiponse” et qui a été tout étonnée de rencontrer un Petit Prince, intrusif mais poli, égocentré mais curieux, dans un autre monde et parmi nous. Il ne lui a pas parlé de mouton, mais de Joëlle et de Raphaël-les-mots-en-“L”.

...Et Lou s’est marré, la séance durant, aidé par l’audiodescription réalisée en direct par sa maman.

3 commentaires:

ANDREE a dit…

Quel bonheur de te lire Luc, surtout quand c'est une belle histoire comme celle-ci...
Comment ne pas aimer Lou, lui comme tu le dis si bien reste poli mais est curieux de tout, reste lui-même malgré sa différence et adore les prénom en "L", tien? mon mari s'appelle Raphaël, 4 consones et 3 voyelles...lol...
Au cas ou, je voudrais vous souhaiter à tous de très bonnes fêtes de fin d'année, étant donné que je serai sûrement absente à ce moment. Que soient présents l'Amour, la paix et la sérénité mais surtout la tolérance...
Gros bisous à partager...

Bèrlebus, phiLousophe a dit…

Bonjour Andrée.
C'est amusant : quand Claire m'a raconté cette histoire, j'ai beaucoup ri. Au moment de l'écrire, je me suis senti peu inspiré et je ne trouvais plus cela aussi drôle, mais manifestement, ça plait.
Je te souhaite de belles fêtes, ô fidèle lectrice ! ;-)

Krist a dit…

Ecoutez, la fête elle peut avoir lieu à n'importe quel moment de l'année, cette petite histoire me fait bien marrer moi aussi ! au moment où quelqu'un vous aborde de manière spontanée vous êtes surpris, mais avec le recule, ça peut devenir soudainement exceptionnel ! on va au cinéma mais en vérité on va rencontrer quelqu'un - pour toujours même si ça (la rencontre) n'a duré que quelques secondes.