vendredi 19 avril 2013

La révolte de Lou

-->
Dimanche dernier, Lou s’est révolté, imitant mes propos militants face à des situations de rejet du handicap.
Quand il m’a raconté cet événement inadmissible, je lui ai tout simplement répondu :
- Je suis fier de toi, mon p’tit gars ! Tu as eu bien raison !

Résumé :
Une fois par mois, Lou passe une journée chez Famisol, un service de répit, qui nous permet effectivement de souffler un peu, car sinon en dehors de sa scolarité, il est en permanence avec nous.

Le principe de ces journées est très chouette : un encadrant bénévole comme référent de chaque enfant et des activités organisées : ateliers divers, plaines de jeu, piscine etc.

Dimanche dernier, le programme prévoyait que le groupe – dix adultes et dix enfants en situation de handicap – se rendent à la piscine du Poséidon àWoluwe-Saint-Lambert.

Se présentant à la caisse avec le groupe bien visible du préposé, la responsable de Famisol s’est vu signifier que ce n’était pas possible car il n’y avait pas eu de réservation.
Elle a objecté qu’ils n’avaient pas besoin d’une cabine de groupe pour se changer.
Refus du préposé : il s’agit d’un groupe, d’handicapé de surcroit. On ne peut pas venir ainsi sans en avertir au préalable le service de sécurité.
Elle a fait observé que chaque enfant était encadré par un adulte.
Rien à faire.
Elle a encore insisté en expliquant la déception, voire la déstabilisation, qu’un tel refus engendrerait auprès de certains enfants sensibles.
Le préposé n’a rien voulu entendre.
Lou a de suite compris ce qui se passait et a commencé à vouloir y mettre son grain de sel :
- Mais c’est une injustice ! Un scandale ! (…) Mais je vais lui dire que c’est un raciste ! (…) On a les mêmes droits que les autres ! (…) Laissez-moi lui dire deux mots ! Etc.
Bilan, la petite troupe est repartie bredouille.

Aussi révolté que mon p’tit gars – Tel père, tel fils -, j’ai fait ma petite enquête et ai téléphoné à la piscine du Poséidon :

- Oui, Monsieur, les groupes doivent réserver.
- Non, Monsieur, les Maîtres-nageurs doivent être avertis au préalable.
- Si vous venez seul avec votre enfant handicapé, on ne peut pas vous refuser l’entrée.
J’en déduis, qu’il n’y a donc pas de quota « d’handicapé » dans la piscine.
Mais alors, que se passerait-il si le groupe venait séparément, par petits lots (solution qui a été proposée par la responsable de Famisol mais refusé) ?
- silence -
Y a t-il une affluence maximale ? Un taux d’occupation maximal de la piscine ?
- re-silence -

Renseignement pris sur le site de la piscine (et après maintes recherches sur le web), je n’ai trouvé aucun règlement de cet ordre.

Conclusion : un discrimination de plus et un manque total d’humanité et d’empathie.

5 commentaires:

Réverbères a dit…

C'est un scandale ! Une injustice ! Et une connerie en plus !

Merci de dénoncer une telle stupidité !

François-Marie

Corinne a dit…

Une connerie MONUMENTALE !!!
Bravo Lou !
Luc, un chien ne fait pas de chat ;-)

Valérie C a dit…

Décidément, la connerie et la discrimination n'ont pas de limites... Bravo au duo Boland pour votre réaction, démontrant au passage la progression constante de Lou!
Ceci dit, si ub-n groupe de cons obèses morbides se présente en groupe, je comprendrais qu'il faille prévenir car Archimède aurait fait sortir l'eau de la piscine de ses gonds...
I have a dream that disabled people have the same rights as "normal" people... To feel free at least!

Luc Boland a dit…

Hé oui !
Valérie, ton commentaire m'a bien fait rire ! ;-)

Cheval A Rayures a dit…

Ben Valérie... vous avez quelquechose contre les cons obèses mobides en groupe ?? :-) :-)

Bon, mon (adorable) mari est obèse morbide.. mais rarement en groupe.. et pas si con.. (et il ne va pas à la piscine, vu que dans le Sud de la France, il est courant d'en avoir une à soi..).

Ceci dit.. j'adhère..

Si l'empathie était aussi bien partagée que la connerie... le monde tournerait moins mal....