vendredi 2 octobre 2009

Les contraintes

- Je dois te laisser, Lou . Je dois aller travailler dans mon bureau.
A mi-parcours, dans l’escalier, je l’entends me crier :
- Courage pour tes contraintes, mon papa !
L’arroseur arosé.

C’est le fruit de longues discussions, maintes fois répétées, face à ses refus de faire telle ou telle chose, et face au fait que son monde imaginaire doive laisser de la place pour toutes les autres choses de la vie. Pour grandir.
Il y a un moment pour les loisirs - c’est-à-dire en ce qui le concerne, jouer avec ses personnages immaginaires - et il y a d’autres moments pour travailler, manger, dormir...
Ces explications avaient pour objectif de lui faire comprendre aussi, que tout le monde vit avec de nombreuses contraintes dans la vie.
Moi aussi.
- Tu vois, là, maintenant, par exemple ? Je préfèrerais rester avec toi dans le fauteuil, passer un moment à nous amuser ou à discuter. Et bien, non, j’ai plein de contraintes que je dois encore faire aujourd’hui.
Et de lui énumérer en forçant un peu le trait :
- Je dois cueillir les pêches dans le jardin avant qu’elles tombent de l’arbre et s’abiment ; je dois réparer la poignée de la porte de la toilette (NDLA: que Lou a cassé, à force de jouer avec elle) ; puis je dois absolument encore donner des coups de téléphone pour mon travail et écrire un texte. ... Et je n’ai pas envie ... Mais je dois le faire. Ce sont mes contraintes du moment. Et la seule manière de bien vivre avec les contraintes, c’est de les accepter. De les transformer et d’en faire quelque chose de bien.
Au terme de ces explications, Lou acceptait à chaque fois les siennes et revenait “dans le positif” !

C’est ainsi que quarante huit heures après la dernière leçon de vie, il me renvoya mon message.

10 commentaires:

Anne-Sophie a dit…

Ca y est tu reviens ? le bonheur :))
Le deuxième bonheur ça serai que mes commentaires passent enfin ! Quand aux contraintes... boh qu'est ce que j'ai du mal avec ça ! Lou les accepte bien mieux que moi finalement, encore une leçon à prendre.

anne-Sophie a dit…

Mon commentaire passe ! YES !

marieH a dit…

Luc,

Merci.
Il me semble que ce changement sera riche de nouvelles possibilites...
et il me semble que de dire tout ce que t'apporte la vie avec Lou avec ta voix ton "je" est un bel echo a la phrase qui legende la photo de Lou ("Je n'ai plus honte de dire ce que je n'ai pas honte de penser")
A bientot

marieH

Anonyme a dit…

Moi non plus mon commentaire sur le site de Lou n'est pas passé !!!
Alors je profite de cette nouvelle porte ouverte pour vous remercier encore, Luc, de la générosité que vous avez eu de bien vouloir partager vos moments les plus intimes avec nous. Je tenais simplement à vous exprimer toute l'energie et tout l'espoir que votre travail a pu susciter auprès des parents qui, comme vous, élèvent, mais surtout aiment un enfant extraordinaire.
je vous souhaite bonne route.
Delphine

Bèrlebus a dit…

Merci Delphine, des mots comme les vôtres me vont droits au coeur et donnent sens à mes démarches.
MarieH, effectivement, tu as bien lu la phrase (qui n'est, à ce propos, pas de moi mais que j'ai décidé de faire mienne).
Anne-Sophie, ici tu n'auras plus ce problème. Le site a-lou.com est vieux de six ans et une vieillerie, en termes informatiques).

Annick a dit…

ALORS JE VOUS LIRAI, ATTENTIVE,
Monsieur Bèrlebus,
merci d'avance!
clin d'oeil à vous tous,
bonsoir Luc.
Superbe cet écrit, je vais lire le précédent.

Mayra a dit…

A force de patience, vous l'avez apprise à Lou.
Patience, opiniâtreté, volonté...
Mais qui a enseigné qui finalement?

...

;)

Bèrlebus, phiLousophe a dit…

Telle est la question, Mayra ! ;-)

Gwendoline a dit…

Bravo Lou! Les contraintes ne sont pas toujours contraintes en fin de compte... Elles nous apportent toujours quelque chose ;-D

Je suis très heureuse de pouvoir continuer à prendre de vos nouvelles! Merci de vos magnifiques textes Bèrlebus =D

Gwendoline a dit…

* Merci pour vos magnifiques textes Bèrlebus ^^