samedi 24 juillet 2010

Histoire obsessionnELLE

Si l’été 2009 a été marqué par une évasion sans limite de Lou dans son monde imaginaire –c’est les vacances pour tout le monde - ; si nous avons « mangé » du « Papa mouton » matin, midi et soir ; l’été 2010 s’annonçait avec la résolution de limiter quelque peu cet envahissement.

Mais voilà, c’était sans prévoir les impondérables de la vie.
Petit résumé :

A peine arrivé à la mer, Lou assiste (entend) depuis l’appartement à une dispute entre une dame et un policier parce que celle-ci stationne sur un emplacement réservé aux personnes handicapées et que sa carte de stationnement n’est plus valide. Entre eux, le ton monte très vite. La dame refuse de donner sa carte d’identité. Elle tente de partir avec sa voiture mais le policier lui barre la route avec sa moto. La colère les habite tous deux et le policier en vient à pousse la dame qui tombe par terre. Appel d’une patrouille en renfort, explications houleuses et in fine apaisement et négociations.
Même les fenêtres fermées, Lou ne perd pas une miette de la dispute toute proche. Impossible de détourner son attention. Sa sensibilité face à la colère ou la violence fait monter immédiatement son inquiétude. Nous relativisons l’événement : ils sont tous les deux idiots… La colère ne mène à rien etc.

Voilà comment, du jour au lendemain, le papa mouton est rangé à sa bergerie et est remplacé par « Joëlle » (nom choisi par Lou pour cette dame en référence à sa psychomotricienne qu’il aime bien).
Jouer sur la plage ? ...à Joëlle dont le policier a volé sa carte d’identité.
Crier dans les vagues ? “Joëlle et la ca-rte-d’i-den-ti-téééé”
Chanter* quand il joue sur son synthétiseur ou inventer une histoire sur mon ordinateur ? Bien entendu, mais en racontant l’histoire de Joëlle avec sa carte d’identité.
Jouer avec les mots (pendant les repas, sur l’essuie de bain de la plage, dans le fauteuil ou ailleurs) ? En citant tous les mots finissant par “EL”.

L’été 2010 est donc devenu l’été de “Joëlle” et le besoin de catharsis de Lou est tel, qu’il nous faut composer avec cet impodérable.

*Musicalement, cela donne ceci (extrait de toute une histoire que nous avons contruit, Lou et moi, à la façon des Muppets Show qui invitent... Joëlle) :


Et visuellement, ça donne cela : le grand défoulement dans les montagnes russes de Plopsaland :


Exit donc (provisoirement ?) le papa mouton.
…Et quelques jours de répit pour nous car depuis lors, Lou est parti à son premier grand camp de Louveteau. Mais ça, c’est une autre histoire (à suivre).

5 commentaires:

ANDREE a dit…

Voilà de la diversité... Au moins avec Lou rien n'est banal, il a rangé les "Bêêêhhhh" pour des "el el el"... Bien que cela puisse paraître contraignant, tu avoueras Luc que Lou n'est jamais à court d'idées pour se sentir en sécurité par rapport aux évènements houleux...
Que vos vacances continuent dans la joie et la bonne humeur...
Bisous à tous

cayenne a dit…

On se demande aussi qui s"amuse le plus .... En tout cas, Luc, tu partages bien le trip de Lou. Si vous partez en France cette année et que vous passez par Brûly, l'invitation à vous arrêter un peu est toujours de mise.

Bèrlebus, phiLousophe a dit…

Andrée et Cayenne,
ce qui est sur c'est qu'on fait contre mauvaise fortune bon coeur... de toute façon, c'est la seule solution avec Lou. ;-)
(PS: merci pour l'invit... mais ce ne sera pas pour cet été ! :-( )

Anonyme a dit…

je vois qu'on s'éclate bien chez les Boland, comme dit Cayenne, Papa Luc s'éclate ... sacrée Joelle et sa carte d'identité, elle inspire toujours autant nos héros...et je trouve ça géniel... euh génial !

Bèrlebus, phiLousophe a dit…

S'éclater est le bon mot. Pourquoi s'habiller triste ? ;-)