samedi 25 février 2012

I-touch et High-Lou :


(décodage de l’article précédent)

Outre son piano ou son synthé, Lou ne jure plus que pour son I-touch avec la fonction « voice-over » pour aveugle, qui lui permet de naviguer sans voir les boutons virtuels.
En lui offrant ce cadeau pour ses treize ans, nous n’étions pas sûr de ses capacités à utiliser les raccourcis tactiles. Que nenni ! En deux, trois mois, le bonhomme a appris à naviguer tout seul, trouvant même des raccourcis avec ses doigts que nous ne connaissions pas.
Dégâts collatéraux : si il a trouvé des raccourcis, il lui arrive souvent de faire n’importe quoi et de s’égarer dans les fonctions de l’appareil.
Modifications des adresses
C’est ainsi que régulièrement il fait des captures d’écran ou prend des photos (voir les illustrations de cet article), ou modifie carrément des contacts que j’ai mis dans son carnet d’adresse… modifiant ainsi mes propres contacts de mon I-phone lorsque je synchronise nos appareils.

Si l’objectif était avant tout de lui permettre d’écouter ses musiques préférées de manière autonome, l’opportunité était aussi de lui faire découvrir un clavier (même virtuel) avec la fonction « notes», pour apprendre la position des lettres et progressivement être à même d’utiliser un clavier d’ordinateur et écrire des phrases.
Si il utilise de temps à autre la fonction musicale de l’appareil - essentiellement pour écouter… Christophe Maé (non, le trip n’est pas encore fini) -, il apprécie particulièrement la fonction « mémos vocaux » qui lui permet de s’enregistrer et de délirer dans des histoires sans queue ni tête, mais surtout, il a découvert avec nous l’usage du clavier et des notes qui lui permettent d’écrire des phrases, voire des histoires rocambolesques.
Charabia de Lou
Ainsi, lorsque nous « travaillons » avec lui, afin de lui faire écrire une phrase correcte, nous l’encourageons en continuant l’histoire pour lui. Cela donne le récit publié dans l’article précédent.
Mais son immense plaisir est de réussir à faire bégayer la voix synthétique. Car Lou reste Lou et sa propension à détourner les jeux émettant des sons électroniques reste intacte.
« Papa ? Tu veux bien me faire une histoire avec Christophe Maille et Rachel qui bégaye ? »
Et cela donne ceci (avec au passage un clin d’oeil aux Monty Python) :



Dans le monde des fous, nous sommes les rois ! ;-)

3 commentaires:

Bèrlebus, phiLousophe a dit…

Désolé pour cet article qui s'est fait attendre, mais la clôture d'un festival, ce n'est pas une mince affaire et la vie reste très chargée en ce moment. ;-)

Valérie C a dit…

Merci pour cette suite qui en vaut la peine tant elle est positive!! Elle montre que s'établit de plus en plus solidement une interface entre le monde de Lou et la réalité. Il sait maintenant s'ouvrir à l'inconnu et en savourer les avantages. Génial, votre "truc" pour le faire apprivoiser le clavier!!!
Quelle imagination de part et d'autre! Bravo à toute la famille!

Bèrlebus, phiLousophe a dit…

Merci Valérie. A propos d'ancrage... l'article suivant en dira long.